L’engouement pour les germinations pousse chez nous!

L’atelier d’initiation sur les germinations et micropousses qui a eu lieu hier a certainement connu un très bon succès. Les organisatrices ne s’attendaient pas à voir 42 personnes se présenter un mardi soir pour découvrir les méthodes pour faire pousser germinations et micropousses à la maison. Ce fut très plaisant de vivre l’expérience avec tout ce beau monde qui comprenait des gens de tous les âges, même des jeunes enfants et des ados!

L’animation et un document explicatif ont été offerts par l’horticultrice  Jasmine Kabuya Racine.  Pour celles et ceux qui désirent avoir accès au document, le voici en format PDF (cliquez sur le titre à droite): atelier-micropousses-et-germinations. Surtout, ne vous gênez pas pour le partager dans votre entourage.

dscn5362

Microupousses de pois entier. Photo par Jasmine Kabuya Racine.

La dégustation qui a suivi les explications techniques de l’atelier a été apprécié des participants. Une salade croquante et colorée aux lentilles germées (recette dans le document), des pousses de pois ainsi que des canapés à l’hoummous à la moutarde germée ont été servis. D’ailleurs, plusieurs personnes nous ont demandé la recette. Alors, la voici!

HOUMMOUS RELEVÉ DE JASMINE

Ingrédients

  • 1 canne de 540 ml de pois chiches rincés (ou de pois chiches cuits à la maison)
  • 1/4 à 1/3 de tasse de moutarde germée, selon que vous aimez la saveur piquante!
  • 1/2 gousse d’ail du Québec
  • 1 cuillère à soupe de tahini (beurre de sésame)
  • jus d’un citron
  • 1 à 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à thé de cumin moulu
  • eau
  • sel au goût

Préparation

  1. Mettre tous les ingrédients, exceptés l’huile et l’eau, dans le robot culinaire et actionner.
  2. Ajouter l’huile en filet. Si la consistance n’est pas assez homogène, ajouter de l’eau une cuillère à soupe à la fois. Arrêter de mélanger quand la texture de l’hoummous est onctueuse.
  3. Le déguster comme trempette à crudités, tartinade dans un sandwich ou sur des biscottes agrémentées de pousses de tournesol, de pois ou de germinations de luzerne.
dscn5369

Pousses de tournesol. Photo par Jasmine Kabuya Racine.

Semer de l’ail avec des petites mains et des grands curieux

La pelouse de ce mois de décembre est encore bien verte dans la Vallée-du-Haut-St-Laurent. Je me suis dit qu’il était pas trop tard pour vous écrire au sujet de la plantation d’ail effectuée avec une classe de 20 élèves en 3ième année à l’école Marie-Rose le 26 octobre dernier.

DSCN6057

Il y a deux ans, une plantation similaire avait lieu au même endroit. Quelques enfants s’en souvenaient bien d’ailleurs. Étant donné que cette fois-ci ils étaient âgés entre 8 et 9 ans, la professeure et moi avons décidé d’enrichir l’exercice en leur posant quelques questions (retrouvez les documents en bas du billet pour les utiliser dans votre atelier) pour stimuler leurs esprits scientifiques et éveiller leurs connaissances en matières d’agriculture. Pourquoi plantons-nous les bulbes d’ail à l’automne? Quel sorte de terre préfère l’ail? Quelles autres plantes ont un goût piquant comme l’ail? Voici quelques questions posées aux élèves.

DSCN6058

Audrée Bourdeau, agente de quartier avec les jeunes.

Évidemment, le moment le plus exaltant est bien lorsqu’on sort en petits groupes pour «jouer» dehors!

DSCN6065

Lina Racine montre à quelle profondeur on sème la gousse d’ail.

Nous étions 3 femmes à animer l’activité extérieure: Lina Racine, jardinière experte en plantation d’ail dans Hochelega-Maisonneuve, Audrée Bourdeau, dynamique agente à la vie de quartier au PRAQ et moi-même, Jasmine Kabuya Racine, horticultrice et maman de 2 enfants qui vont à l’école mentionnée.

SAM_8277

Jasmine Kabuya Racine anime pour une troisième fois cet atelier qui clôt les activités des Incroyables comestibles pour l’année.

À tour de rôle, nous avons refait le tour des questions posées aux enfants plus tôt en classe. Ils émettaient leurs hypothèses souvent très proches de la réponse. Allumés, empressés, soucieux, les jeunes ont chacun mis en terre au moins une gousse pointe vers le haut dans la parcelle de terrain préalablement enrichi du compost… fait à l’école! DSCN6062DSCN6050

DSCN6051

Bon dodo les gousses!

Au début de l’été 2016, les fleurs d’ail devraient se déplier. Et à la mi-juillet, les bulbes joufflus seront récoltés prestement par des amateurs d’ail du coin…

DSCN0290

L’ail à l’été 2014.

Par la suite, nous nous sommes amusés à recueillir 5 échantillons de sol pour un test (2015 est l’Année internationale des sols). Mis dans des pots de verre, chaque échantillon récolté ici et là dans la cour (terrain de soccer, potager, près du carré de sable, sous la pelouse, etc.) se sont vu ajoutés de l’eau. Les enfants ont secoué  le mélange, puis ils ont laissé reposer le tout plusieurs heures avant d’observer. LOGO_IYS_fr_Print_square

SAM_8288

FullSizeRender[2]

Échantillon de sols. Photo par Lee-Zian Génier.

Le but était de voir les différentes types de matières du sol se superposer ou flotter sur l’eau. Cela intriguent les enfants. On peut ensuite les questionner sur les matières (l’humus flotte, tandis que le sable coule), sur le pourcentage de chacune. Évidemment, on en vient à faire le lien avec les élèves que le sol dans lequel ils ont planté l’ail est celui où on retrouve de l’humus, partie essentielle de la fertilité de nos sols qui influence nos récoltes!

Toutefois, le concept de fertilité est plus complexe qu’il n’y paraît. C’est pourquoi Lee-Zian Génier, enseignante de 3ième poursuivra l’exploration plus tard cet hiver. Une activité de culture intérieur de haricots dans diverses situations  aidera les jeunes à mieux saisir ce concept de sol fertile…

Document partagés pour un atelier de plantation d’ail avec des élèves de 2ième cycle (cliquez sur les deux titres suivants):

La plantation de l’ail

Lecture du blogue

Découvrez des activités et des affiches explicatives extraordinaires sur le site de les sols ici.

***

DSCN6087Dix petits bulbes (bulbilles) d’oignons ont été cachés dans la plate-bande de la ruelle verte des Tisserands. Ce ne sont pas des oignons ordinaires. Ils se prénomment oignons égyptiens ou Allium cepa var. proliferum (en anglais Tree onion, Walking onion). En effet, ils proliféreront dans les prochaines années, car il s’agit de plantes vivaces, qui reviennent donc au printemps et se multiplient aisément. Un plus pour nos aménagements comestibles! Ils ont été commandés à la Société des Plantes en octobre dernier et plantés à la fin du même mois. Suivez leur croissance, ils promettent du goût à nos plats et de la beauté intrigante dans notre centre-ville.

Oignon égyptiens et ses têtes pleins de bulbilles. Source de la photo: Wikipedia.

Oignon égyptiens et ses têtes pleins de bulbilles. Source de la photo: Wikipedia.

Laissez-nous des commentaires : on adore vous lire!