Les Incroyables comestibles, un terreau fertile pour l’écocitoyenneté

Vous êtes à genoux devant une plate-bande. Vous tirez sur des plantules indésirables qui font compétition à des plants de persil frisé et des laitues. Le temps est chaud, mais pas trop. Vous levez la tête et admirez le petit jardin ouvert sur sa communauté. Vous désherbez et ce jardin n’est pas à vous. Il est à tout le monde, sur un terrain de votre ville. Drôle à dire, mais vous ressentez tout de même un sentiment d’appartenance, d’appartenance à ce petit bout de territoire.

Voici l’un des effets de l’implication au sein du mouvement des Incroyables comestibles. Dès son origine en Angleterre, dans la ville de Todmorden, des femmes se sont appropriées des espaces vacants dans la ville afin d’y faire pousser de la nourriture pour tous. L’histoire s’est répétée un peu partout dans le monde depuis 2008. À différentes intensités, chaque groupe a dû composer avec le réveil de la mobilisation citoyenne, le refus municipal, les lenteurs bureaucratiques… Mais s’ils ont persisté puis accompli leur projet, ces groupes se voient souvent enrichis d’une nouvelle qualité, celles d’écocitoyens.

Lucie Sauvé, professeure et directrice au Centre de recherche en éducation relative en environnement et à l’écocitoyenneté (voir les références à la fin de l’article), décrit l’écocitoyenneté ainsi:

«(…) une citoyenneté consciente des liens entre société et nature; une citoyenneté critique, compétente, créative et engagée, capable et désireuse de participer aux débats publics et à la transformation des politiques et pratiques écosociales.»

Ainsi, en participant aux Incroyables comestibles, vous êtes susceptibles de vous engager un peu plus dans votre milieu et dans les débats publiques, ce qui est excellent! Vous prenez conscience des enjeux de votre territoire et de votre société. Vous constatez également l’impact de vos gestes. Qui aurait cru que jardiner écologiquement en communauté pouvait vous rendre plus engagé?

«Des ruelles vertes en passant par les monnaies complémentaires locales, les projets communautaires de production d’électricité renouvelable ou la multitude d’expériences de démocratie directe ou participative menées à l’échelle municipale, nombre de ces initiatives dépassent les «petits gestes verts», même si leur portée transformatrice est limitée. Parce qu’elles s’activent bien souvent en marge de la gestion bureaucratique et centralisée qui caractérise à la fois l’entreprise privée et l’État, elles témoignent en effet d’un besoin très largement partagé d’agir concrètement, à échelle humaine, et de faire sa part-si petite soit-elle- dans le sens d’une autonomie collective accrue face aux grands centres de pouvoir.»

Emiliano Arpin-Simonetti

NATURE, UN ESPACE COMMUN

Lorsque vous demandez à votre conseiller municipal si le bout de terrain vacant près d’un parc peut être converti en jardin comestible pour le voisinage, vous ouvrez la porte à l’autonomie collective. Vous entrez dans une nouvelle zone qui fait de vous un citoyen engagé et conscient de son rôle de protecteur de la nature. Vous reconnaissez à cette dernière son droit à être préserver. Si vous avez des enfants ou des petits-enfants, ils sont témoins de votre implication. Vous devenez alors un exemple d’écocitoyen pour eux. Il y a bien des chances qu’à leur tour ils s’approprient le devoir social de respecter la nature.

Comme le dit si bien Emiliano Arpin-Simonetti plus haut, il existe diverses façons d’amplifier cette nouvelle transition écologique qui est en marche autour de nous;  certes, certaines actions ont un impact plus important que d’autres. Reste que le mouvement des Incroyables comestibles est une belle école pour tous pour apprendre l’auto-organisation et la mobilisation citoyenne. Et nous sommes heureux que dans le Suroît, les municipalités ne mettent pas le frein à l’ambition de leurs citoyens mais leur offrent bien le tremplin qu’ils ont besoin!

Joignez-vous aux Incroyables comestibles du Suroît et faites poussez l’écocitoyen en vous!

  • Pour en lire davantage sur l’écocitoyenneté, se procurer la revue Relations, numéro 786, octobre 2016. Les citations proviennent de deux articles de la revue. Cette dernière est disponible pour emprunt à la Bibliothèque Armand-Frappier.
  • Pour initier des jeunes à l’école, se procurer la trousse pédagoqique (3e cycle primaire et plus) S’investir dans nos communautés… en citoyens du monde, produite par Établissement vert Bruntland.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s